Astypalea en 4×4


Grâce à la Aegean, le retard de mon vol et son dédommagement, je t’invite visiter Astypalea en 4×4. L’idée est d’emprunter le plus de chemins inaccessibles.

Je descend à la Hora pour louer un 4×4 à la journée et je choisis de partir tranquillement en direction de Maltezana (ou Analipsi) et son petit port naturel. Tout roule ! Comme à mon habitude je m’arrête prendre des photos toutes les 5 minutes tellement je suis épatée par la beauté du paysage. Je le trouve vraiment magnifique ! Les couleurs sont surprenantes et la luminosité permet de voir vraiment très loin à l’horizon. Je m’aperçois qu’il est possible de s’arrêter à de nombreux endroits pour se baigner, criques et plages sauvages à profusion à condition de laisser la voiture de côté et d’emprunter à pieds des sentiers poussiéreux plutôt inaccessibles.

 

En direction d'Analipsi

 

 

A mon arrivée je suis frappée par la luminosité orangée d'Astypaléa et par la rondeur des reliefs

 

Sur la route vient le moment fatidique où j’ai envie de soulager ma vessie. Quel super détail me direz-vous ! Oui mais il toute son importance 😉

Même si l’endroit est plutôt désert, je croise à peine cinq véhicules en une heure, je choisi quand même d’avoir une jolie vue sur la mer dans un endroit discret ! Alors je me retrouve à crapahuter dans les rochers à la recherche du coin tranquille. Dans ma position peu flatteuse j’aperçois alors un sentier complètement caché. Poussée par ma curiosité je l’emprunte et là à quelques pas je découvre ce qui fait mon bonheur de la journée ! LE spot, caché, paisible, MA très petite plage personnelle… Moment fatidique je vous avais dit ! Voyez par vous même avec la petite vidéo. Du coup je passe quelques heures à lire et écouter de la musique, allongée, les pieds dans l’eau et j’en oubli presque mon but de la journée : explorer l’île sur toute ses coutures. Mais le temps passe et j’ai faim ! alors je reprend tranquillement la route pour Analipsi dans l’idée de trouver une taverne ouverte et me restaurer.

 

 

 

Analipsi, authentique petit village de pêcheur

 

Petit port d'Analipsi (Maltezana)

Petit port d’Analipsi (Maltezana)

 

Vue sur le petit port d'Analipsi (Maltezana)

Vue sur le petit port d’Analipsi (Maltezana)

 

J’arrive enfin sur le petit port de d’Analipsi, petit village de pêcheur étonnant par sa tranquillité. Sur son bateau de pêche un homme nettoie ses filets. Des chats se promènent.

Je trouve rapidement un endroit pour déjeuner, une taverne de poisson encore ouverte à cette saison (pas mal de restaurants et magasins commencent à fermer à cette période).

 

 

Bateaux dans le petit port d'Analipsi (Maltezana)

Bateaux dans le petit port d’Analipsi (Maltezana)

 

Bateaux de pêcheur traditionnels à quai sur le petit port

Bateaux de pêcheur traditionnels à quai sur le petit port

 

Un pêcheur arrive devant en même temps que moi chargé d’un seau qui parait peser pas mal. Il vient vendre en direct à la patronne son travail du matin. J’ouvre de grands yeux quand il renverse son butin pour présenter (ce que j’ai à première vue considéré comme un être démoniaque) : une rascasse de 12kg avec une tête à vous glacer le sang mais… Miam ! trop bon juste grillé avec une sauce huile d’olive/citron/origan, (cette sauce s’appelle ladolemono et accompagne tellement bien les poissons grillés, un délice !)

Petite info cuisine ! si vous voulez manger une rascasse de plus de 10kg dans une taverne de poisson demandez un « scorpina », pour une rascasse de taille « standard » : « scorpio ». Et puis hop si vous voulez manger une daurade commandez une « tsipoura» 🙂

 

 

A proximité d'Analipsi, sur la côte sauvage

A proximité d’Analipsi, sur la côte sauvage

 

 

Sur la route en direction de Vathi

Sur la route en direction de Vathi

 

Plage sauvage

Plage sauvage

Allez viens on ouvre la fenêtre

 

De retour dans le 4×4 je le débâche pour sentir l’air et je prend la direction de Vathi, complètement à l’opposé.  La route (principale et unique) est en reconstruction, très peu praticable, je croise la route de quelques chèvres, toujours présentes. Je continue ma route dans les hauteurs de l’île, le vent s’est levé. Je parviens au sommet, là où on ne trouve ni maison, ni village, uniquement les antennes relais. Il fait très chaud. Je me perd bêtement à un croisement mais je finis par découvrir un coin tranquille magnifique, je ne sais même pas où c’est. Peu importe, l’endroit est magique et je peux me baigner à l’ombre. Rapidement il est temps de retourner à la Hora, je dois rendre le 4×4. Je n’ai peut-être pas atteint mon but initial mais peu importe, la promenade était vraiment de toute beauté.

J’arrive sur le parking d’Astypalea, je rassemble mes affaires jette un coup d’œil à mon reflet dans le rétro et oh stupeur ! On aperçoit à peine mes yeux sous la couche de poussière rouge qui nous recouvre moi et l’intérieur de la voiture. J’entreprend un petit nettoyage éclair de l’habitacle avec ma serviette de plage qui change de couleur et Je jette les clefs du 4×4 illico presto sur le bureau du loueur. Reste plus qu’à  entamer une course effrénée jusqu’à la maison pour prendre une douche !

 

Petite plage tranquille à l'ombre des arbres

Petite plage tranquille à l’ombre des arbres

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *