La chora médiévale de Serifos


Nous en sommes en mai, il est 11:00 du matin et il fait déjà quelques 28°C, une chaleur de printemps qui n’est pas étouffante grâce au petit vent qui souffle et qui rafraîchit un peu. J’étais sur l’île de Milos et j’ai eu envie de sauter dans un ferry pour aller visiter Serifos, une voisine plutôt sympathique à l’atmosphère paisible (pour lire le précédent article c’est par ici !).

 

A la recherche de l’escalier qui mène à la chora de Serifos

 

A l’arrivée au port je suis de suite charmée par la vague blanche qui déferle sur la colline : la capitale de Serifos, appelée Chora. J’ai immédiatement envie de partir à sa découverte, car le point de vue de là-haut promet d’être magnifique. J’ai trouvé un moyen d’éviter la route principale, celle qui tourne autour du tertre et qui doit être un vrai cauchemar à pied : il me suffit de trouver les premières marches de l’ancienne escalier qui mène directement à la Chora de Serifos.

Mais juste avant d’entamer ce petit périple, je suis (évidemment) appelée par la nécessité de boire un cappuccino frappé sucré au bord de la plage principale située à quelques mètres du port.

 

Serifos

 

 

1km à pied ça use, ça use !

 

Contrairement à ce que je pensais, une quinzaine de minutes de marche suffit pour trouver les anciennes marches qui mènent à la capitale à partir de la plage. Tu peux penser à première vu que l’ascension est plutôt raide mais franchement beaucoup moins fatigante que si tu prends à pied cette route goudronnée pleine de voitures ! Bon j’abuse parce qu’on est quand même loin d’avoir autant de véhicules que dans une grande ville mais quand même, quand on peut éviter !

La vue sur le port est magnifique, c’est vraiment une promenade à faire pour profiter tranquillement du joli paysage. Ok c’est assez pentu et je t’avoue que je m’essoufle un peu, mais ça fait tellement plaisir de contempler la vue ! Passer entre les maisons, les jardins, rencontrer des dames qui sont elles aussi à pied. Je prends le temps de faire des pauses, admirer le paysage et humer cet air chargé d’iode et de sauge.

Lorsque je distingue au loin les églises qui dominent la colline, je me dis que je ne vais jamais arriver en haut ! 😉  Et pourtant une trentaine de minutes après, les marches d’escalier s’élargissent, les maisons se sont plus nombreuses et les jardins beaucoup plus beaux sont ornés d’énormes hibiscus et de grands arbres plus que centenaires.

 

Serifos

 

Un escalier, 3 époques différentes

 

Les maisons blanches sont construites les unes à côtés des autres, formant un rempart contre le vent et le soleil. Certains bâtiments ont des touches de couleur et paraissent dater du 18e avec de jolis toits, des moulures en façade. Une grosse église jaune pastel attire mon attention avec son énorme drapeau byzantin en berne : le drapeau jaune avec les deux têtes de lions. Mon ascension continue tranquillement, bifurquant un peu, changeant d’escalier pour aller voir ce qui se passe un peu plus loin, mais je ne perd pas de vue mon but principal (pour une fois !) découvrir la vue depuis les églises au sommet de la chora de Serifos. Un petit bâtiment aux volets verts me fait beaucoup sourire, sur la façade tu peux lire « cinéma international ». 

 

Chora de Serifos

 

 

Plus je monte et plus les bâtiments sont anciens. La ville devient médiévale avec des maisons aux murs très épais et aux façades un peu tordues, construites à même la roche. Je suis sous le charme de cet escalier qui permet de traverser des époques. C’est incroyable de se dire que je suis bientôt arrivée au sommet et que je suis toujours sur le même chemin ! Et puis ces vieilles pierres, quel charme ! La vue est magnifique avec la mer scintillante au loin.  Enfin moi en tous les cas ça me fascine 🙂

 

En toute quiétude…

 

La chora de Serifos est très calme, je ne croise pas âme qui vive. Pas de magasin, pas un bruit. Le village n’est pas touristique, vous ne trouverez pas de taverne ou de café contrairement à beaucoup d’îles grecques où chaque coin de rue est animé. C’est assez étrange mais toute l’activité se concentre en fait dans le village près du port. Il y a peut-être un mini mini-market dans une ruelle, mais je ne l’ai pas trouvé.

 

Serifos

Serifos

Serifos

 

Au loin je distingue une des premières églises de la chora de Serifos, celles que l’on discerne depuis le port. Puis la deuxième, puis la troisième et enfin la quatrième si je ne me trompe pas ! En fait ce qui est incroyable (ou pas) c’est qu’elles sont espacées les unes des autres, sans autre bâtiment autour, dans la continuité de l’escalier. Sur des placettes qui forment des paliers que je me représente spirituels. Le dernier palier, la récompense :  une vue magnifique à 360°.

 

Serifos

 

Je reste seule un bon moment sur la terrasse de cette dernière église, à méditer tranquillement en profitant de la vue et du soleil printanier. Et puis je me retourne enfin et m’aperçois que la route principale goudronnée arrive directement ici. Quelques voitures arrivent et puis d’un coup c’est une horde de cyclistes fatigués qui vient s’emparer de mon petit coin de paradis… ah ce que je peux être égoïste ! De toute façon je suis partie depuis un bon moment et je rêve d’un jus d’orange pressée alors autant retourner sur le port !

 

Chora de Serifos